Elbe

L’homme, l’organisation et la machine

« L’homme, par son ingéniosité, sa capacité d’organisation, est capable de transformer son environnement et de bouleverser son Histoire comme aucun autre être vivant sur terre.

C’est autour de ces notions de puissance, d’organisation et de rapport de force que l’homme entretient avec son environnement que j’organise mon oeuvre.

Conçues, construites et peintes sur un mode industriel, ces sculptures sont des assemblages d’éléments manufacturés comme autant de pièces d’un Lego, qui se déclinent sur toute la planète au travers de références normées. Ce langage visant à faire entrer la sculpture un peu plus dans nos quotidiens.

La machine est au coeur de l’oeuvre, et traduit l’inventivité dont peut faire preuve l’homme, en tant que réel moteur de progrès au service de son confort. Il s’agit de suggérer la volonté de puissance, de rappeler l’accélération d’une consommation galopante mais aussi l’importance des traces que nous pouvons laisser dans le temps via une forme de recyclage et une certaine monumentalité.

Monumentales, ces sculptures incarnent la puissance de l’homme, sa capacité à modeler la matière, même la plus robuste. Elles s’inscrivent dans une logique de recyclage de matériaux ou de connaissance

Toutes ces oeuvres sont conçues et élaborées en fonction du lieu dans lequel elles s’inscriront. La couleur quant à elle, cherche à apparaître dans le paysage chromatique de la vie. »

Laurent Berbach

visage

Né en  en 1974, Laurent Berbach est économiste de formation. Son parcours l’a amené à fréquenter l’Ecole des arts d’Ixelles et les Beaux-Arts de Paris.
Dès 1998, il se consacre à la peinture-collage et s’attache à traiter des sujets d’actualité (les élections aux USA, la télé-réalité…). C’est néanmoins dans l’assemblage de pièces métalliques issues des industries automobiles et de la construction qu’Elbe s’épanouit depuis quelques années.